IED Carhyce

Sélection des données


Par ensemble



Par station


Informations sélection




Interface d'Exploitation des Données Carhyce






Version 3.4 / 30.06.2020


Mise à jour des données 04.09.2020


Les données de granulométrie sont issues de mesures de type Wolman (1954) : mesure de l'axe b de 100 particules échantillonnées aléatoirement sur un radier.

Profil en long de la station. Les cotes du fond du lit et la pente des berges (plein bord moyen) sont déduites de la pente de la ligne d’eau mesurée sur le terrain.

Profil en travers. La cote de l’eau correspond au niveau d’eau au jour d’acquisition et le niveau plein bord au niveau plein bord moyen calculé à partir du profil en long.

Profil en travers 3D. Ce graphique est une vision théorique de la rivière dans laquelle la sinuosité n’est pas figurée. Cette visualisation permet de se représenter l’allure générale du lit et d’identifier les éventuelles erreurs de saisie. Toutes les unités sont des mètres.

Courbe granulométrique cumulative (radier). Cette courbe est issue du relevé réalisé sur un radier par la méthode de Wolman. L’indice de tri de Folk & Ward (1957) renseigne sur le tri granulométrique du substrat (voir ci-dessous) et l’indice de Fredle sur l’asymétrie de sa distribution. Ces deux indice sont révélateurs de l’origine et de la mise en place du substrat.



Diagramme triangulaire (échelle de la station). La position du point renseigne de la granulométrie dominante (bloc/rocher – gravier/cailloux – fine) sur la station. L’orientation des chiffres sur les axes indique le sens de lecture.

Les données représentées dans ce graphique sont issues des relevés ponctuels effectués sur l’ensemble des transects (substrat minéral). Les dalles et terres végétalisées ne sont pas prises en compte. Les points gris sont les opérations de l’HER correspondante.

Représentation en plan de la ripisylve et des faciès d’écoulement. Pour chacune des deux rives, l’épaisseur et la strate la plus recouvrante (herbacée, arbustive et arborée) sont ici représentés pour chacun des profils. Cette représentation permet d’appréhender la continuité et l’épaisseur de la végétation rivulaire et sa répartition de part et d’autre du chenal.Les faciès simplifiés sont également représentés au niveau du chenal afin de visualiser leur succession le long de la station.


Classe de ripisylve. La classification a été réalisée à partir des données Carhyce en fonction du type de végétation présente et dominante, de son épaisseur et de sa continuité. Les quatre classes sont présentées dans le tableau ci-dessous.



Distribution des strates dominantes et épaisseurs de la ripisylve (toute berge confondue).




Diagramme triangulaire. Cette représentation fournit un indice de fermeture de la station par la végétation (score ripisylve = aire du triangle). Plus l’aire du triangle vert est important plus la ripisylve est haute, épaisse et continue sur toute la longueur de la station. A l’inverse plus la surface du triangle est réduite, moins la ripisylve de la station est développée. La correspondance entre la classification et le score ripisylve est présentée dans la figure ci-dessous.



Correspondance entre le score ripisylve (diagramme triangulaire) et la classification ripisylve des stations Carhyce. Figure établie à partir de 2087 stations disponibles dans la base de donnée en juin 2017.

Informations statistiques :

Intervalle de confiance : pour une valeur donnée xi de la variable x,
la vraie valeur de la variable y devrait se situer au sein de cet intervalle de confiance.

Intervalle de prédiction : limites dans lesquelles tombera vraisemblablement
une nouvelle observation de y si elle fait partie de la même population statistique que l'échantillon.

Mise en Garde : Evitons la normalisation! Ces modèles régionaux doivent être considérés comme un cadre d’évaluation pour identifier une altération potentielle mais en aucun cas comme un abaque destiné à calibrer une restauration. La dispersion du nuage des points autour de la droite de référence est révélatrice de la variabilité naturelle et de la robustesse du modèle.



Informations statistiques :

Intervalle de confiance : pour une valeur donnée xi de la variable x,
la vraie valeur de la variable y devrait se situer au sein de cet intervalle de confiance.

Intervalle de prédiction : limites dans lesquelles tombera vraisemblablement
une nouvelle observation de y si elle fait partie de la même population statistique que l'échantillon.

Mise en Garde : Evitons la normalisation! Ces modèles régionaux doivent être considérés comme un cadre d’évaluation pour identifier une altération potentielle mais en aucun cas comme un abaque destiné à calibrer une restauration. La dispersion du nuage des points autour de la droite de référence est révélatrice de la variabilité naturelle et de la robustesse du modèle.




En construction


Indicateur morphologique global (IMG). Cette figure permet, en une lecture rapide, d’appréhender l’écart aux références régionales (écart calculé par rapport au modèle de l'HER considérée pour les stations situées en France métropolitaine ou par rapport au modèle Montagne volcanique des DOM pour les stations situés sur les DOM et concernées par ce modèle.)

Mise en Garde : Ces modèles régionaux doivent être considérés comme un cadre d’évaluation pour identifier une altération potentielle mais en aucun cas comme un abaque destiné à calibrer une restauration.

La valeur de l'IMG correspond à la somme des résidus (en valeur absolue) pour les différents modèles. Elle synthétise les écarts aux modèles et ainsi, comme les modèles, doit être utilisée avec précaution.

Lecture du graphique: Plus on s'écarte du centre, plus l'écart au modèle pour une variable donnée est important.



L'intervalle [0;1] comprend 68% des valeurs des résidus des stations de référence .

L'intervalle [0;2] comprend 95% des valeurs des résidus des stations de référence .

L'intervalle [0;3] comprend 99% des valeurs des résidus des stations de référence .



A propos de l'IED Carhyce


Présentation du dispositif

IED est un outil d'exploitation des données issues de la méthode de Caractérisation de l’hydromorphologie des cours d’eau (Carhyce) dont les données brutes standardisées sont publiques et disponibles à l'adresse suivante : http://carhyce.eaufrance.fr . Il a été développé par le Laboratoire de Géographie Physique du CNRS (UMR 8591) et de l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), en collaboration avec le Ladyss (UMR7533), l'ESGT du CNAM et l'IRSTEA et en partenariat avec l'Agence française pour la biodiversité (AFB).

IED Carhyce est un outil d'aide à la décision destiné aux acteurs de l'eau en France, métropole et DOM compris (techniciens de rivière, gestionnaires locaux et nationaux, chargés d’intervention ou de planification, scientifiques ou encore bureaux d’études investis dans l’étude et la gestion environnementale des cours d’eau). A travers son interface, les principales caractéristiques hydromorphologiques de plusieurs centaines de tronçons de cours d’eau français peuvent être consultées. IED fournit ainsi un cadre d’expertise locale et régionale pour la gestion, le suivi, l'évaluation des cours d’eau. Ces données peuvent notamment être utilisées pour étudier le fonctionnement hydro-sédimentaire des cours d'eau et mieux comprendre le fonctionnement de leurs biocénoses.

Les modèles de références régionaux et l'indice global de morphologie (IGM) permettent une quantification d'un écart aux situations de référence régionale. Cet écart traduit la réponse du cours d'eau à des pressions anthropiques ou naturelles (recalibrage, extraction de granulat, changement d’occupation du sol, modification des débits liquides ou solides, etc.) et mets en évidence un déséquilibre potentiel du système fluvial. Un tel indice peut dès lors être vu comme un instrument pour : (i) identifier les stations potentiellement altérées, (ii) travailler sur l'impact des altérations sur les biocénoses, (iii) proposer un cadre et évaluer l'efficacité des opérations de restauration et (iv) être, en complément d'autres outils, utilisé comme outil d'analyse pour les reportings DCE.


Conception scientifique et technique

Les caractéristiques descriptives ainsi que les différents modèles présentés dans cet outil sont le fruit de plusieurs traitements des données menés grâce à une suite de programmes réalisés sous R (R Core Team, 2012). Les étapes de ce traitement sont schématisées à la figure ci-dessous :

1) les données brutes subissent d'abord des traitements permettant la reconstitution de la morphologie des lits et le calcul de paramètres hydromorphologiques à plein bords : largeur, profondeur, rapport largeur/profondeur, rugosité, substrat, ripisylve, etc. ;

2) plusieurs données complémentaires principalement géographiques sont ensuite introduites dans les modules de calcul pour permettre la prise en compte des caractéristiques descriptives du bassin versant ;

3) une série de modèles de références régionaux sont construits à partir d'un jeu de stations considérées comme référence de fonctionnement d'un point de vue hydromorphologique;

4) pour évaluer le fonctionnement hydromorphologique d'une station donnée, ses caractéristiques hydromorphologiques sont calculées à partir des données collectées sur le terrain selon le protocole Carhyce et comparées aux modèles de référence (paramètre par paramètre ou de manière globale grâce à l'indice global de morphologie).



Pour en savoir plus

Tamisier V., Gob F., Bilodeau C. et Thommeret N., 2017. Caractérisation hydromorphologique des cours d’eau français (Carhyce). Valorisation des données Carhyce pour la construction d'un outil d'aide à la gestion des cours d'eau. Rapport scientifique CNRS (LGP-LADYSS)/Université de Paris Panthéon-Sorbonne/ESGT/AFB, 142 p.

Tamisier V., Raufaste S., Gob F., Thommeret N. et Bilodeau C., 2017. Caractérisation hydromorphologique des cours d’eau français d’outremer (Carhyce). Spécificités, modalités d’application et valorisation des données Carhyce pour la construction d’un outil d’aide à la gestion des cours d’eau. Rapport scientifique CNRS (LGP-LADYSS)/Université de Paris Panthéon-Sorbonne/ESGT/AFB, 128 p.

Gob F., Bilodeau C., Thommeret N., Belliard J., Albert M-B., Tamisier V., Baudoin J-M. et Kreutzenberger K., 2014. Un outil de caractérisation hydromorphologique des cours d'eau pour l'application de la DCE en France (CarHyCE), Géomorphologie : relief, processus, environnement, 1/2014 | 2014, 57-72.

Baudoin J-M., Boutet-Berry L., Cagnant M., Gob F., Kreutzenberger K., Lamand J-M., Malavoi J-R., Marmonier P., Pénil C., Rivière C., Sadot M., Tamisier V., Tual M., 2017. Carhyce. Protocole de recueil de données hydromorphologiques à l’échelle de la station sur les cours d’eau prospectables à pied. AFB, 56p.

Utilisation des données et références

Les données présentes sur ce site sont issues de la BD Carhyce de l’AFB auxquelles ont été appliqué les traitements et mises en forme explicités ci-dessus. Pour toute utilisation, merci de faire référence à l'IED Carhyce de la façon suivante :

Gob F., Thommeret N., Bilodeau C., Tamisier V., Duval E., Legentil C., Grancher D., Raufaste S., Baudoin J-M. et Kreutzenberger K., Interface d’exploitation des données Carhyce [en ligne], Laboratoire de Géographie Physique – AFB http://lgp.cnrs.fr/carhyce Consulté le jj/mm/aaaa.

Version

Version 3.4 / 30.06.2020

Contact

frederic.gob@univ-paris1.fr